Réunion d’avancement

Réunion d’avancement

Dans la boîte crânienne d’un auteur parisien, les centres de la réflexion et de la planification des tâches attendaient la créativité et le motivation pour la réunion d’avancement hebdomadaire. Ils avaient balayé l’ordre du jour et ce qu’ils avaient découvert leur avait donné froid dans le dos.

– Bonjour, c’est ici pour le point d’avancement ?
Une grosse masse tremblotante aux yeux fous se tenait à la porte, suivi par un centre neuronal énorme et en proie à des sursauts nerveux irrépressibles.
– Oui c’est ici. Vous êtes… ?
– La Créativité hahaha. Et voilà mon collègue la Motivation, ajouta-t-il en désignant le truc agité de tics.

« Eh bien ça promet », soupira intérieurement la réflexion. Ne se laissant pas abattre, elle projeta une présentation powerpoint sur la parois interne de la boîte crânienne. Un embrouillamini de lignes parallèles bleu et rouge couvrir tout l’espace disponible.

– Mesdames, voici le planning de développement de vos dernières idées. Vous constaterez que pratiquement toutes sont sur le chemin critique et que ça nous pose de gros problèmes de ressources.
– Très bien hahaha, fit la Créativité. Et vous nous livrez quand ?
Ce fut le centre de planification qui répondit.
– Et bien ce que ce planning vous montre, c’est qu’il est assez probable que nous ayons un retard de plusieurs années sur les livraisons.
– Comment ? hurla la Motivation. Ce n’est pas possible ! J’ai besoin de tout, tout de suite.
– Pourtant, il va falloir réviser les priorités. Regardez toutes ces tâches : Relance du podcast « Les Archives de l’Insondable…
– Bah ! Ce ne sont que des brèves absurdes à écrire et à enregistrer. On est trois dessus et on a plein de textes d’avance.
– Création d’un nouveau podcast de lecture de nouvelles…
– Oui, mais c’est agréable à faire. On enregistre avant de se coucher, le chat sur les genoux. Y’a un peu de boulot de mise en place, mais après, ça va tout seul. Et plus on lira de nouvelles, plus les enregistrements seront simples à monter.
– Un roman à relire…
– Evariste 2 ? Bah, on en est au chapitre 12. Plus que 6. Ca va aller tout seul.
– Une nouvelle à repasser pour Nice Fiction.
– Y’a pas grand chose à reprendre. Ca prendra 2h.
– Une nouvelle à écrire pour une anthologie.
– C’est pour mai. Facile.
– Et vous avez une idée ?
– Non. Mais on va trouver. Aucun doute là dessus.
– Une présentation magistrale à préparer pour un grand salon.
– Je connais le sujet par cœur. Ca va me prendre quoi ? Trois jours ? On peut s’y mettre la semaine d’avant. Les doigts dans le nez.
– Une antho à co-diriger.
– Tout est dans le « co », vous voyez…
– Un livre de cuisine post apo.
– J’ai déjà écrit ma partie. Y’aura plus qu’à relire. La routine.
– Un roman à terminer.
– Non, hahaha. Deux romans. Vous en avez oubliez un. Et puis ça me fait penser que j’ai pas mal de projets à lancer, moi… Le Baron Noir 1865 par exemple. Et j’ai parié que j’arrivais à écrire un feelgood-catastrophe.

À chaque réponse de la Créativité, la Motivation rosissait et prenait 10 cm de tour de taille. Et chaque fois que cette dernière ouvrait la bouche, la Créativité criait « eureka » et notait quelque chose sur un carnet.

La Planification et la Réflexion se regardèrent catastrophées.
– Mais… vous vous rendez-compte qu’on n’a pas le temps pour faire tout ça ? Il faut s’occuper des gosses, on a un travail, il faut manger, s’occuper des chats, satisfaire la zone du cerveau qui a décidé de se mettre à le flûte à bec, se laver…
La Motivation éclata de rire.
– C’est tout ce qui vous arrête ? On dormira moins, c’est tout ! Ou on arrêtera de parler aux gens. Et puis, on travaille mieux sous pression, vous savez bien.
– D’ailleurs hahaha, ajouta la Créativité, on va vous laisser trouver comment on va s’en sortir. Nous, on doit discuter de nouvelles idées qui me sont venues, hahaha.
A cette nouvelle, la Motivation grossit et rougit tellement que la Réflexion eut peur qu’elle ne lui éclate au visage.

Enfin seules, la planification et la réflexion se regardèrent catastrophées.

– Ce sont des malades.
– Folles à lier. On va droit au casse pipe.

Elles restèrent un moment à réfléchir. Dans un soupir, la réflexion ferma finalement son portable.

– Ecoute, on va essayer de faire les tâches les unes après les autres en commençant par les plus simples. On verra bien ce que ça donne.
– Et si ça foire ?
– Au pire, on lancera la procédure de Burn Out.
– Carrément ? C’est chaud…
– Oui. Mais au moins, une fois à l’hôpital, on nous foutra la paix.

Toute ressemblance avec des faits et des programmes 2020 réels est totalement assumée. On n’a pas le cul sorti des ronces…


2 Replies to “Réunion d’avancement”

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :