Et voici venir… le BARON NOIR 3 !

Après des années d’attente, cette fois ça y’est (presque) : le troisième volet de la sage du Baron Noir sort le 20 avril !

Les éditions Mnémos en ont profité pour joindre à cette nouvelle aventure (intitulé La Bataille de Cherbourg), les deux premiers volets, revus et complétés par votre serviteur. Je les remercie encore pour la magnifique maquette, luxueuse et rétro à souhait.

img_4354
400 pages ; 24,5€. Illustrée par Géraud Soulier. La classe.

Quatrième de couv :

L’OMBRE DU MAÎTRE-ESPION ◊ BEL ANGE ◊ LA BATAILLE DE CHERBOURG

Paris, 1864, la France domine l’Europe, le progrès semble sans limites. Portés par la puissance de la vapeur, la capitale et le pays tout entier se sont développés. Dans cette France dirigée par le président Bonaparte, Antoine Lefort est un jeune magnat influent de l’industrie florissante. Il est aussi le mystérieux Baron noir, justicier et protecteur de la nation.

Dans la nuit rôde un héros en armure…

Accompagné du dévoué Albert, de son ami ingénieur Clément Ader et de l’inventeur fou Louis-Guillaume Perreaux, Antoine Lefort devra déjouer les nombreuses machinations qui se trament dans l’ombre s’il veut empêcher la destruction de son pays et de tout ce en quoi il croit. Anarchistes, maître-espion et tueuse féline au fouet d’acier, tous oeuvrent à l’anéantissement du héros en armure.

ISBN: 978-2-35408-544-5 / avril 2017 / Grand format cartonné 400 pages / 24,50 € / Illustration Géraud Soulier

 

Une vingtaine de bienheureux ont déjà pu profiter du livre en avant première au salon du livre.
Ceux qui souhaiteraient en avoir un exemplaire dédicacé pourront me trouver le vendredi 28 avril au soir au bar Les Caves Alliées, rue Grégoire de Tours à Paris*. Je serai aussi le 7 mai au Salon Fantastique de Porte de la Villette (Paris) et les 19 et 20 mai à Épinal pour les Imaginales.

Sans oublier les Evariste !
Sans oublier les Evariste !

J’espère vous voir nombreux !

A bientôt !

 

  • Je me demande s’il existe une rue Grégoire de Paris à Tours.

 

Et surtout la santé !

Enfin en 2017 ! Je ne suis pas fâché d’y être, après cette année 2016 toute pourrie d’un point de vue actualité mondiale et très fatigante d’un point de vue personnel (déménagement, arrivée de mon aîné au collège, changement de boulot (2 fois en un an), problèmes de santé du conjoint (mais ça va mieux) etc.).

Je n’avais même pas eu des masses d’actualité, hormis une nouvelle parue dans l’anthologie Dimension Avenir Radieux, chez Rivière Blanche.

Bien sûr, ça ne veut pas dire que 2017 sera une année meilleure que 2016 et certains signes me font craindre le contraire (par exemple ce couple croisé dans un bar et qui essayait désespérément de reconstituer de mémoire la recette de la tartiflette. À un moment, la femme a demandé à son compagnon : « c’est quoi la différence entre la levure chimique et la levure de boulanger ? » Vous voyez que l’humanité ne mérite que de disparaître).

Mais en attendant de savoir si 2017 sera la pause idyllique tant attendue sur le chemin de l’armaggedon, je vous prépare des petites surprises qui vous aideront à patienter.

En janvier, vous pourrez découvrir ma nouvelle, la Route, dans l’anthologie d’Estelle Faye et Jérôme Akkouche : Routes de légendes, légendes de la route. Ce n’est pas à proprement parler ma nouvelle la plus rigolote, mais elle devrait vous préparer en douceur à la fin de tout.

Plus tard, genre mars ou avril, vous devriez revoir sortir le Baron Noir dans un luxueux recueil aux éditions Mnémos. Bon, il faut d’ici là que je m’active à corriger les épreuves que mon bienaimé éditeur m’envoie, mais j’ai confiance. Et surtout je veux pouvoir le dédicacer pour le Salon du Livre ! Ce serait ce qui pourrait m’arriver de mieux avant la conflagration ultime qui nous exterminera tous.

Sur ce, je vous réitère mes meilleurs vœux pour l’année qui vient en vous souhaitant des tas de bonnes lectures.

Ça va envoyer de la vapeur !

Aujourd’hui, j’ai envoyé un contrat d’édition signé en direction des éditions Mnémos. J’ai pu aussi admirer un projet de bouquin qui m’a fait d’autant plus baver qu’il s’agirait du mien. J’ai échangé des idées avec l’éditeur et le directeur d’ouvrage afin d’en faire un volume inoubliable.

Je suis mort d’impatience d’avoir ce bouquin dans les mains, mais il va falloir attendre début 2017 et avant ça, il va falloir que je bosse d’arrache pieds sur les corrections. Mais promis, on vous prépare du lourd, du blindé, plein de rage et de fureur !

 

Dimension Avenirs Radieux

C’est bientôt la rentrée et c’est tant mieux ! Car regardez, bande de petits veinards, ce que les éditions Rivière Blanche vous proposent (pour la modique somme de 20€) pour supporter les chaleurs et le harcèlement que vous subissez sur votre lieu de travail :

Couverture de l'anthologie "Dimension Avenirs Radieux" - Phil Cohen

ISBN-13: 978-1-61227-533-8
280 pages – 20 euros

Dimension Avenirs Radieux, une magnifique anthologie de 280 pages proposée par Patrice Lajoye, présentant 15 nouvelles et une préface résolument tournées vers l’avenir. Attention, on est loin de l’optimisme béat : certains textes sont carrément post-apocalyptiques (comme la mienne) et prennent aux tripes.

On y trouve une belle brochette de noms connus (Laurent Kloetzer, Estelle Faye, Raphael Granier de Cassagnac etc.) et quelques inconnus qu’on croisera peut être à nouveau un jour. Bien que je n’ai pas encore terminé la lecture, l’ensemble parait vraiment très intéressant et bien structuré. En plus, je trouve que la couverture de Phil Cohen ne dépareillait pas sur une affiche de festival, ce qui ne gâche rien.

N’hésitez pas à vous rendre sur le site de l’éditeur où vous trouverez gratuitement la préface et les premières pages de la nouvelle de Laurent Kloetzer.

Pour le reste, voici la table des matières :

Préface de Patrice Lajoye
Laurent Kloetzer : Le Bunker du Monde
Anudar Bruseis : Portraits de phase
Olivier Gechter : Futur en friches
Estelle Faye : Un Monde plus tiki
Raphael Granier de Cassagnac : Les Fruits du hasard…
Jean-Louis Trudel : Le Matin, les arbres et leurs cadeaux
Laurent Gidon : Sous leurs regards
Bertrand Bonnet : Vingt-trois
Gulzar Joby : Réparation de l’artiste
Sylvain Lamur : Dans le ciel
Pierre Gévart : Estelle Stellaire
Xavier Portebois : Le Silence de Shiva
Patrice Lajoye : Rapport d’intégration
Nowette : Violoncellistes
Christine Luce : Promettez-moi

280 pages de bonheur dans lequel je suis impatient de me replonger.

L’horreur ne mérite que le mépris.

L’extrémisme le plus stupide a encore parlé. Je ne sais pas s’il s’agit d’islamisme radical ou de fascisme qui avance couvert et je m’en fiche. La lâcheté, la stupidité, la haine, le fanatisme n’a pas besoin de frontières ni de religions.

Mon mépris n’a pas besoin de cible précise. Ce massacre m’a fait mal, comme si je perdais des amis proches.
Mais je n’offrirai pas le luxe d’une once de peur, une once de haine à ces créatures.
Je ne vous offre que ce que vous méritez, vous et vos semblables : mon mépris le plus profond.
C’est déjà plus que vous ne le méritez.

L’écriture, le dessin, l’humour survivra et j’espère vous voir un jour à terre, criblés d’éclats de rire.

Critique d’Évariste

Je découvre grâce à la délicieuse Sandrine qu’ActuSf a publié une petite critique sympa d’Évariste ce week end.

http://www.actusf.com/spip/Evariste.html

Ça fait toujours plaisir, malgré les mauvaises nouvelles concernant la distribution du livre dans les semaines ou les mois à venir. Je vous en reparlerai plus tard, mais si vous voulez un exemplaire papier de mon roman, je vous conseille de me contacter directement : ogechter(at)gmail.com ou sur tweeter.
En plus, je vous ferai cadeau des frais de port, comme Amazon.